Comment faire fuire les oiseaux dans le jardin et les combles ?

Les petits oiseaux, c’est mignon, n’est-ce pas ? Nous apprécions tous leur chant dans le jardin, au lever du jour et à la tombée de la nuit. Mais ce beau tableau bucolique peut vite devenir un cauchemar quand ces petits volatiles innocents envahissent nos habitations. Alors, voici quelques conseils pratiques pour vous aider à les éloigner et à éviter les désagréments liés à leur présence.

Les espèces invasives

Les pigeons sont de vrais fléaux

De nombreux oiseaux vivent dans nos jardins et dans nos arbres. Il s’agit, pour eux, de leur habitat naturel et ils sont, ainsi, des acteurs importants du fragile écosystème qui y règne. Nous pourrions facilement considérer que ce sont nos hôtes, pourtant, notre environnement est également le leur et ils ont l’instinct de la préservation de leur espèce. Jusqu’ici, le discours est tout à fait écologique et respectueux de la nature. Mais qu’en est-il lorsque leur présence devient une véritable invasion au point que notre espace de vie devienne invivable ? Tout d’abord, il faut savoir que seuls quelques oiseaux sont considérés comme invasifs en France. Parmi eux, on compte :

  • la pie bavarde, sans doute celle qui est la plus dévastatrice. Vous pouvez la reconnaître à son plumage noir et blanc et à ses cris stridents lorsqu’elle s’envole. Elle se nourrit de graines, de fruits mais également de déchets. Adaptative et peu farouche, elle vit très près des habitations où se trouve l’essentiel de ses ressources alimentaires. Elle a des capacités d’apprentissage tellement importantes qu’elle est capable de percer les sacs poubelles pour récupérer sa nourriture. Vous comprenez tout de suite les dégâts qu’elle peut occasionner dans vos cours. La pie vit en groupe et recherche toujours des lieux faciles d’accès, comme les toitures ou les espaces verts.
  • l’étourneau sansonnet : c’est une espèce hautement sociale qui vit en groupements de plusieurs individus, ce qui la rend particulièrement destructrice. C’est un oiseau agressif et malin qui s’installe, avec ses congénères, dans toute cavité à sa disposition, dont les arbustes et les toitures. En raison de son mode de vie collectif, l’étourneau sansonnet provoque de nombreuses dégradations notamment à cause de ses déjections.
  • le pigeon ramier : il évolue au sein de familles très nombreuses, allant jusqu’à plusieurs milliers d’individus, pour les plus étendues. Ce pigeon doit son nom à son nichage essentiellement concentré dans les branches les plus hautes des arbres. Toutefois, il n’est pas rare de le voir s’installer dans les combles où les dortoirs collectifs offrent une plus grande protection. Le pigeon est réputé pour ses nuisances sonores et l’odeur de ses excréments.

A ces oiseaux, reconnus comme particulièrement invasifs, s’ajoutent des passereaux plus petits mais tout autant dérangeants. Vous pouvez ainsi être importunés par les merles, grands gourmands des cerisiers, ainsi que par les moineaux. Ce petit oiseau domestique aime élire domicile dans les avant-toits et les chéneaux où il vit dans une colonie nombreuse et très bruyante.

Outre la nidification de leurs petits, tous ces oiseaux trouvent refuge dans les habitations et les jardins pour se réchauffer et échapper aux intempéries. Ils sont également à la recherche de protections efficaces contre les prédateurs du ciel comme de la terre. Ils ambitionnent donc un lieu de vie et de survie. Mais leur présence, notamment en surnombre, se révèle aussi nuisible (bruit d’ailes, cris, déjections). Alors explorons ensemble les solutions qui s’offrent à vous.

Trouver les lieux de vie des oiseaux

Tout d’abord, avant d’avoir à agir, tentez de prévenir. Pour cela, pensez à inspecter votre toiture, vous pouvez alors repérer tous ces lieux appréciés par les oiseaux et qui peuvent, malheureusement, devenir des nichoirs permanents : les trous, les fissures, les bouches d’aération. Il s’agit de les calfeutrer efficacement et, ainsi, balayer facilement toute opportunité d’installation. N’oubliez pas de poser du mastic sur la moindre entrée. Il est également conseillé de placer un grillage ou un filet protecteur aux endroits où les oiseaux peuvent s’introduire. De la même manière, vous pouvez couvrir vos gouttières pour éviter qu’ils s’y perchent. Pour que ce travail préventif soit efficace et durable, il est préférable de le confier à un professionnel. Certes, il s’agit d’un investissement assez coûteux, parfois quelques milliers d’euros, mais le résultat est au rendez-vous.

Enfin, nous vous invitons à enlever les sources de nourriture qui traînent. Si vous avez des animaux à quatre pattes, évitez de laisser, à l’extérieur, leurs gamelles à moitié remplies. Rangez-les dès qu’ils ont fini de manger.

Mais si vos locataires sont déjà présents sur les lieux, vous devez faire preuve d’un plus de fermeté, toujours dans l’esprit de les éloigner. Il n’est pas question de les éradiquer. Voici quelques pistes :

Installer un effaroucheur

 

L'effaroucheur, répulsif réfléchissant
L’effaroucheur, répulsif réfléchissant

Celui-ci imite la forme d’un prédateur et peut être installé au sol comme dans les arbres. Cela peut être la silhouette d’un rapace, d’un chat ou d’un serpent, en tout cas, une présence qui les fera fuir. Petite astuce supplémentaire : les oiseaux ont horreur de la lumière réfléchissante, vous pouvez alors vous orienter vers des effaroucheurs aux yeux réfléchissants. Vous en trouverez facilement dans le commerce ou en ligne. Il faut compter une dizaine d’euros et les formes sont tellement diverses que vous pouvez les changer régulièrement car l’oiseau ne peut être berné que peu de temps. En effet, il s’habitue rapidement au pseudo-prédateur qu’il aperçoit et finit par ne plus s’en méfier. Pensez donc à acheter plusieurs silhouettes !

L’effaroucheur peut prendre la forme d’objets réfléchissant le soleil.

Poser des pics anti-oiseaux sur le toit et les gouttières

Pics anti oiseaux
Pics anti oiseaux

N’ayez aucune crainte, cet accessoire n’a pas pour but de transpercer les petits corps de ces volatiles. Il a pour principal objectif de dissuader la nidification : l’oiseau étant malin, il comprendra vite que son nid ne sera pas assez stable pour abriter sa couvée, il recherchera donc un lieu beaucoup plus sûr. Ces pics sont très abordables avec des prix variant entre 20 et 30 euros les 5 mètres. Un investissement à votre portée pour une tranquillité retrouvée.

Adopter un chat ou un chien

Le chat, en plus d'apporter du bonheur, chasse les oiseaux
Le chat chasse les oiseaux

On peut effectivement choisir la carte du prédateur naturel et adopter un chat. Laissez-le se dégourdir tranquillement dans le jardin pour effrayer les oiseaux. Et, pour plus d’efficacité, il est opportun d’aménager des accès faciles au toit pour qu’il puisse s’y promener. Vous n’aimez pas les chats ? Alors choisissez un chien qui aime courir après les oiseaux. En plus de vous divertir, il les éloignera pour quelques temps.

Un chien peut aussi faire l’affaire, ses aboiements pourraient pousser les oiseaux à chercher refuge ailleurs !

Accrocher aux branches des bandes d’aluminium

Facile et fait-main, cette solution est très ancienne et a fait ses preuves. Vous pouvez remplacer les bandes par de vieux CD (que vous n’écoutez plus, cela va de soi). La lumière réfléchissante est très désagréable pour les passereaux et vous serez tranquille dans votre jardin. Voici une option économique et écologique.

Accrocher des chiffons imbibés d’huile de cade

Naturelle et non toxique, l’huile de cade est un répulsif puissant contre les dévoreurs de fruits. Son odeur leur est insupportable. Vous pouvez vous en procurer en pharmacie, dans le rayon d’hypermarchés ou dans des magasins bio spécialisés. Prévoyez une dizaine d’euros pour un flacon de 10 ml mais quelques gouttes suffisent pour être efficace.

Installer une mangeoire remplie de graines

Mangeoire à oiseaux
Mangeoire

Cela détourne leur attention et ils ne s’intéressent que peu à vos fruitiers et à votre potager. Il existe de nombreuses mangeoires aux styles et aux formes variées, vous n’avez que l’embarras du choix.

Mais soyez tout de même prudent, cette astuce n’est pas adaptée à toutes les espèces.

Étendre un filet de nylon au-dessus du potager

Oui, ce n’est pas très esthétique dans votre jardin mais cela protège vos plants contre les becs gourmands de vos légumes ! Il suffit de le tendre à l’aide de pics placés aux quatre coins de votre potager. Comptez entre 10 et 20 euros pour 10 mètres de filet. En plus, c’est une excellente protection contre les insectes.

Diffuser de la musique dans le jardin, de temps en temps, pour éloigner les oiseaux s’ils sont trop nombreux

Ils comprennent vite que l’espace est déjà investi et qu’il n’est pas forcément hospitalier. Vous n’êtes pas obligés de lancer des morceaux de sons métal, une simple mélodie ou, encore mieux, des enregistrements d’oiseaux effrayés les dissuadent d’approcher.

Utiliser un appareil à ultrasons

Répulsif à ultrasons
Répulsif à ultrasons

C’est la technologie à votre service. Ces volatiles sont très sensibles aux fréquences élevées. Ils les perçoivent alors même qu’ils nous restent inaudibles. C’est un outil très efficace que vous pouvez installer dans le jardin ou fixer sur le toit. Il dispose d’une recharge solaire, ce qui le rend nomade.

Petit inconvénient, cependant : cet accessoire effraie également les animaux domestiques. Le prix de cet appareil varie entre 30 et 50 euros.

Fixer un épouvantail

Epouvantail

Il traverse les siècles mais le temps ne ternit pas son efficacité. Vous pouvez le confectionner à la maison avec l’aide de tutos en ligne. L’épouvantail éloigne les oiseaux en simulant une présence humaine. Mais, comme pour les silhouettes d’animaux vus un peu plus haut, il faut le déplacer régulièrement au risque de le rendre trop familier.

Pensez également à changer, de temps en temps, ses habits.

Installer un arroseur automatique à capteur de mouvements

Il se déclenche dès qu’un oiseau tente de se poser au sol ou bouge dans un arbre. En plus, il est multitâches puisqu’il peut servir à éloigner les autres animaux sauvages qui s’aventurent parfois dans le jardin et il arrose les plantes, puisque c’est sa fonction première.

Ne pas éradiquer les oiseaux

L’oiseau, comme les autres habitants de notre environnement extérieur, participe à l’équilibre naturel. Recherchez toujours à l’éloigner sans nuire à sa préservation. Gardez à l’esprit que le but est de cohabiter avec les oiseaux tout en limitant les nuisances sonores et olfactives qu’ils peuvent occasionner. D’ailleurs, nous vous conseillons de lire scrupuleusement les textes en vigueur qui listent les oiseaux protégés en France. De la même manière, il est préférable de confier certaines missions à des professionnels. Par exemple, il ne faut pas déplacer ou détruire le nid d’un oiseau indigène. Vous pouvez causer du tort à la reproduction de l’espèce. Sachez également que les oiseaux sont des vecteurs de maladies et sont des porteurs de parasites. Vous pouvez donc potentiellement être infectés à votre insu.

Nos autres guides sur les nuisibles